18ème samedi de manifestations : les commerçants n’en peuvent plus...

Le Gouvernement doit réagir et rétablir l’ordre. Blocages, dégradations, pillages, violences … Samedi après samedi, les commerçants travaillent la peur au ventre et subissent des pertes financières sans précédent. Et semaine après semaine, le gouvernement dit prendre la situation en main. Mais après quatre mois, les images de la violence des manifestations de samedi parlent d’elles-mêmes. 

Les manifestations durent depuis bien trop longtemps maintenant et il devient évident que les réponses apportées jusqu’alors par le gouvernement ont été inefficaces pour mettre fin à la violence. Ce 18ème samedi n’a pas fait exception, pourtant annoncé depuis longtemps par les préfectures de police comme une journée noire. On peut donc légitimement s’interroger sur les mesures prises par le gouvernement pour assurer l’ordre public.

Après quatre mois, les magasins et leurs équipes se retrouvent dans une situation économique et psychologique insupportable.

Face aux pertes d’activité répétées chaque samedi et aux dégradations matérielles s’élevant à plusieurs centaines de millions d’euros, les enseignes sont désormais contraintes d’en venir à des mesures dramatiques : supprimer des heures de travail et des emplois. Depuis fin novembre, plusieurs centaines de personnes ont ainsi déjà perdu leur emploi et plusieurs milliers d’autres emplois sont menacés à court terme.

Alors combien de samedis de manifestations devons-nous encore subir ? 

L’Alliance du Commerce requiert du Gouvernement des mesures fortes pour : 

- rétablir la sécurité dans les centres-villes ;

- demander aux assurances de réagir rapidement pour indemniser les dégradations matérielles et pertes d’activité subies par les commerces ; 

- engager la responsabilité de l’Etat pour couvrir l’ensemble des dommages et pertes d’activité non prises en charge par les assurances. 

L’Alliance du Commerce participera cet après-midi à la cellule de crise organisée par Bercy pour appuyer ces demandes mais requiert également d’être entendue par le premier ministre pour qu’une réponse politique soit apportée. 

« Pour les commerçants, la situation n’est plus tenable. Nous demandons au Gouvernement de faire cesser la violence et rétablir rapidement la sécurité dans les centres-villes pour permettre aux magasins d’exercer leur activité en toute sérénité. » insiste Yohann Petiot, Directeur général de l’Alliance du Commerce.

Contact presse 

Yohann PETIOT, Directeur général de l’Alliance du Commerce – 06.24.03.66.52 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Charlotte RENARD, Responsable de la Communication et des relations adhérents - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

À propos 

L’Alliance du Commerce porte la voix de l’Union du grand commerce de centre-ville, la Fédération des enseignes de l’habillement et la Fédération des enseignes de la chaussure. Première organisation professionnelle dans le secteur de l’équipement de la personne, elle représente 26 000 magasins et 200 000 salariés. 

www.alliancecommerce.org