Septembre 2020 : l’Alliance du Commerce dans les médias

10/09/20Revue de presse

Plan de relance du commerce

LSA, le 4 septembre : Plan de relance: ce qu’en pensent les distributeurs
Yohann Petiot, directeur général de l’Alliance du Commerce

« Des bons points et des oublis »

  • « Il s’agit clairement d’un signal positif même si ce plan de relance ne prend pas suffisamment en cause le commerce. Nous nous félicitons par exemple des baisses d’impôts de production mais nous regrettons que le Tascom ne soit toujours pas supprimée, une taxe qui est un véritable non-sens économique. Le gouvernement n’a aussi pas saisi l’importance de la transformation digitale pour notre secteur. Finalement, nous y trouvons des bons points et des oublis. »

Fashion Network, le 15 septembre : Yohann Petiot (Alliance du Commerce): « Le commerce est le grand oublié du plan de relance »

  • « Très axé sur le volet industriel, il ne tient pas compte des épreuves que le secteur du commerce traverse depuis trois ans (Covid-19, mouvements sociaux…) et des défis qu’il doit relever pour assurer sa pérennité. Nous avions demandé que ce plan puisse inclure les différentes tailles d’entreprises, et pas seulement considérer les TPE et PME. C’est indispensable de soutenir également les ETI et grandes entreprises du commerce si l’on veut construire des géants français performants. »
  • « Une réduction de 1,5 milliard d’euros sur les 10 milliards prévus est annoncée pour les entreprises du commerce. C’est une première étape, même si cela reste insuffisant. Pour les enseignes, il faut rappeler que l’une des taxes les plus importantes est la Tascom : il n’y a aujourd’hui rien à ce sujet dans le plan. Or cet impôt pèse fortement sur l’outil de travail des enseignes, le magasin physique, et continue d’être un non-sens économique, à l’heure où l’activité est de plus en plus réalisée via le numérique. »
  • « L’une des inquiétudes concerne le paiement des loyers et le remboursement des PGE obtenus au printemps dernier. Si le marché ne redémarre pas, les entreprises auront du mal à les rembourser, et il faudra leur accorder un délai supplémentaire. Sinon, la situation sera à nouveau très difficile dès le printemps prochain… C’est la même chose pour le paiement des loyers. Si les bailleurs n’acceptent pas un ajustement réel des loyers, alors la restructuration des réseaux va s’accélérer au détriment des points de vente qui ne sont pas rentables actuellement. C’est un risque majeur pour l’emploi et la vacance commerciale dans les villes moyennes mais aussi pour les grandes villes, qui souffrent d’une baisse de la fréquentation. »
  • « Nous demandons également que les grands magasins, très touchés par l’arrêt du tourisme international, et les magasins situés en zone touristique internationale puissent entrer dans le grand plan tourisme présenté en mai. Il a été quelque peu étendu cet été, mais n’englobe toujours pas le grand commerce destiné à la clientèle étrangère. »

Nouveaux modèles économiques de la mode

La Croix, le 6 septembre : La mode est-elle arrivée à la fin d’un cycle ?

  • « Le modèle actuel de la mode est (…) à bout de souffle. La crise est plus que jamais l’opportunité pour la mode de se réinventer autour d’un nouveau modèle plus agile et plus responsable. Développer une industrie de proximité, mieux gérer les stocks, travailler sur de nouvelles matières, et surtout retrouver la créativité dans le produit sont des défis majeurs que les marques doivent relever. »

Les nouveaux modèles économiques de la mode : comment réinventer la filière

Dernières actualités

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE NEWSLETTER

Dossiers, actualités, brèves du secteur :
restez informés en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

DÉCOUVREZ TOUS
LES AVANTAGES ADHÉRENTS

M