Situation du commerce en 2020 & tendances 2021 : le bilan de la CCCN

1/07/21Économie

Situation du commerce en 2020

La Commission des Comptes Commerciaux de la Nation a rendu public, le 1er juillet, son document sur la situation du commerce 2020 et les tendances 2021, réalisé par l’Insee. Ce document était particulièrement attendu cette année car il fait un bilan chiffré des effets de la crise du Covid-19 et présente les premières tendances pour l’année 2021.

Les effets très contrastés de la crise dans le commerce de détail

Dans le commerce de détail, les ventes des commerces non alimentaires en magasin se contractent de 9,3 % en 2020, mais les situations sont très différenciées.

Le repli des ventes est très fort pour l’habillement (-21,6%), la chaussure (-19,7%), la culture et les loisirs (-14,9%) et la parfumerie (-13,0%). L’activité des centres-villes et des centres commerciaux a souffert de la désaffection des lieux à forte fréquentation, de l’effondrement du tourisme et du télétravail. Les ventes des grands magasins, particulièrement sensibles à ces éléments, chutent de -37,6%.

En revanche, les ventes se maintiennent dans l’équipement du foyer (+0,9%) ; elles progressent notamment dans l’électroménager (+13,4%) et le bricolage en grande surface (+4,6%). Elles refluent pour les meubles (-9,9%). L’activité des commerces de pharmacie, articles médicaux et orthopédiques est dynamique (+3,6%).

Concernant le commerce alimentaire, qui a pu rester ouvert pendant les périodes de confinement, les situations sont également très diverses. L’activité des boulangeries-pâtisseries se replie fortement (-5,4%) du fait des changements des rythmes de travail, liés au télétravail qui a fait chuter le segment traiteur. Le commerce alimentaire de proximité a enregistré une hausse de ses ventes : petites surfaces d’alimentation générale et magasins de produits surgelé (+9%), supermarchés (+4,6%), magasins multi-commerce (+1,1%). En revanche, les hypermarchés subissent une baisse de leur vente (-1,2%).

Le e-commerce en forte croissance

La vente à distance (vente sur catalogue, vente par automate, et surtout e-commerce) a connu une hausse marquée (+7,5%). La part de marché de la VAD sur les produits non alimentaires (hors automobile) se monte à 6,8% (5,5% en 2019), et à 5% sur les produits alimentaires (3% en 2019).

L’Insee ne produit pas de statistiques plus détaillées par produits. La hausse du e-commerce a été spectaculaire dans le secteur de l’habillement. La crise a fait gagner plusieurs années de développement à ce canal de vente. Les chiffres définitifs 2020 de la Fevad ne sont pas encore connus mais on constate qu’Internet a capté 23,8% des dépenses du marché de l’habillement au 1er semestre 2020 (près de 15% en 2019).

L’emploi régresse

Le commerce de détail perd 17.900 emplois salariés, après en avoir gagné 26.000 en 2019 (sur un total de 1,8 millions de salariés) :

  • l’emploi salarié progresse dans le commerce alimentaire (+1,6% et + 13.100 salariés), mais cette progression est concentrée sur les petites surfaces d’alimentation générale (+9%) et les supermarchés (+2,9%), tandis que les effectifs continuent de baisser dans les hypermarchés (-0,6%) ;
  • l’emploi salarié progresse également fortement dans la vente à distance (+11,8% et + 4.300 salariés) ;
  • l’emploi salarié chute dans le commerce non alimentaire en magasin (-3,5% et – 32.200 salariés). L’habillement et la chaussure représentent la part la plus importante de cette chute (-12,4% et – 23.600 salariés), la maroquinerie (-12,2%) et la parfumerie (-8,3%). L’emploi salarié plonge également de 8,4 % dans les grands magasins (- 1.200 salariés).

Dernières actualités

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE NEWSLETTER

Dossiers, actualités, brèves du secteur :
restez informés en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

DÉCOUVREZ TOUS
LES AVANTAGES ADHÉRENTS

M